Ponton ou mouillage dans la Swale River, Queenborough est une étape quasi obligatoire fréquentée depuis des décénies par les marins du GVC lors des aller-retour vers Londres... 

Ce qui fut encore le cas pour plusieurs bateaux du GVC cet été. 

Cela valait bien une opportunité de tisser des liens avec le club local : le Queenborough Yacht Club. Un petit club-house bien accueillant, un bar bien fourni et surtoût des douches disponibles pour les yachtmen de passage.

Lors de leur second passage, les équipages de Muxa Gata et Ruthie ont eu l'occasion de rencontrer le commodore du QYC et de procéder ainsi à un officiel échange des guidons de nos clubs. Celui du GVC fut d'ailleurs mis à la place d'honneur pour la soirée.

http://www.queenboroughyachtclub.co.uk/

 

 

 

 

 

 

 

Avec le début du mois de juillet, les premiers équipages du GVC commencent leurs vacances. Que vous naviguiez à la côte belge, en Zélande ou vers de plus lointaine destinations (angleterre, méditerranée...) n'oubliez pas de partager vos récits et photos de vacances. Un petit message et quelques photos sur Facebook (https://www.facebook.com/gvcsailingclub/) ou un mail à David (david@gvc-sailing-club.be)... et nous partagerons vos aventures.

N'oubliez pas que le club house reste ouvert tout l'été. Et que c'est souvent là que se décident les navigations de dernière minute.

 

Trois navires du GVC, Ruthie, Muxa Gata et Blue Dog, ont largué les amarres du Roompot et mis le cap sur l’Angleterre un beau weekend de juin. En un souffle ils ont traversé la mer du Nord, puis d’un petit coup des hanches, ils se sont faufilés entre les éoliennes et les bancs de sable de Sa Gracieuse Majesté et ont embouqué, laissé les grues du port de Felixtowe sur tribord et ont doucement remonté une des plus jolies rivières du Suffolk, l’Orwell. Enfin, ils sont arrivés à Woolverstone Marina, en avance sur l’horaire, trop tard pour le thé mais bien à l’heure pour l’apéro et le coucher du soleil.

Dans toute escadrille, il y a un premier et un dernier. C’est sur le dernier que nous nous attarderons quelques instants : Blue Dog, qui a trainé, dans tous les sens du terme ! Il s’est pris l’hélice dans un filet de pêche dès la sortie du chenal du Roompot, et comme le filet s’y trouvait bien, il a fait la traversée, assurant au voilier un train de sénateur et une arrivée en majesté. Il a fallu, le lendemain, que David, l’homme-grenouille du club, plonge dans l’Orwell et aille le décrocher pour lui rendre dignité et vélocité.

Eric Arthur Blair aimait tant cette rivière qu’il choisit pour nom de plume George Orwell avant d’écrire son sinistre « 1984 ». Elle a également plu aux marins du GVC, qui se sont fait terriens pendant quelques heures. Par le sentier des douaniers le long des rives, de colline en clairière, ils ont rejoint Pin Mill, sorte de carte postale du village marin anglais : bateaux échoués à marée basse, green au cœur de la localité, cottages, façades en vieux rose… et surtout l’incontournable Butt & Oyster, pub qu’affectionnait un autre auteur, Arthur Ransome, et qui « vaut le détour », si pas pour la « Lager » qu’on y sert, plate et sans col comme doit l’être une bière anglaise, du moins pour le fish ‘n chips-purée de petits pois-frites au vinaigre servi entre ses vénérables lambris. Gorgeous !

Il fallut presque s’arracher, à l’aube du troisième jour, tant la rivière est attachante – certains y retourneront cet été, c’est dire ! Au large, d’abord au près, puis au travers, enfin au portant, parfois sous spi tant que le vent le permit, le retour fut magnifique ! Le vent forcit encore et c’est sous le soleil et l’écume que les bateaux arrivèrent à l’écluse du Roompot, puis à la marina, cette fois sans pêcher de filet.

Toutes les photos de cette aventure sont disponibles ici